[En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 4)

Qu'elles soient courtes, ou en plusieurs chapitres, venez faire partager vos FanFics avec la communauté.
Avatar de l’utilisateur
Saka Tchotchovitch
Sonic Screwdriver : Niveau I
Messages : 94
Enregistré le : 15 Aoû 2013, 21:00
Localisation : Grenoble

[En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 4)

Messagepar Saka Tchotchovitch » 12 Sep 2013, 15:33

Haha, je sais que le titre fait un peu peur. "Comment?! Le 13e Docteur? Alors que le 12e est même pas encore apparu?" Ouais je suis trop un ouf. A la base je voulais poster toute l'histoire d'une traite mais je suis un peu en panne d'idées pour l'instant alors voici le début.

Titre : L'avènement du 13e
Auteur : Mr. Tchotchovitch
Univers : Doctor Who
Note : L'histoire se déroule après la mort du Docteur sur Trenzalore (en supposant qu'elle ait bien lieu, et qu'elle concerne le 12e). En quelque sorte, j'ai imaginé comment pourrait avoir lieu sa résurrection, ainsi que quelques aventures.

Première partie:
Trenzalore, la planète morte, sans doute le plus grand cimetière de l’univers. Depuis la Grande Guerre et la chute du Seigneur du Temps, une atmosphère malsaine régnait dans chaque recoin de ce monde. Cinq mille ans s’étaient écoulés depuis cette ultime bataille, et une chose impossible se produisit, une chose qui allait bouleverser l’équilibre de l’univers. Un seigneur du temps était entré dans son propre tombeau, dans sa propre ligne temporelle. Il n’existe pas pire paradoxe, et, quelques temps après, lorsque le calme revint, Trenzalore, la planète où a eu lieu le paradoxe le plus important de l’histoire, éclata. Un grand nombre d’années s’écoulèrent encore, et une lueur se mit à scintiller non-loin de là où la planète avait explosé. On aurait dit que cette lueur se déplaçait, et plus elle se déplaçait, plus elle grossissait et gagnait en vitesse, elle devint bientôt une sorte d’étoile filante qui virevoltait à travers les étoiles, dans l’immensité de l’univers, où elle poursuivit sa danse céleste sur des milliers d’années-lumière.
Des années et des années plus tard, elle finit par s’écraser sur une petite planète dans le système Coredor de la galaxie Têta III, dans un immense désert. En perçant l’atmosphère, on aurait cru entendre un hurlement, son atterrissage fit un gigantesque cratère. Cette chose brûlante prit alors forme, des bras, des jambes, une tête.. C’était un homme, et il resta en position fœtale pendant des jours et des jours… Un jour, il ouvrit les yeux. Il regarda le ciel rouge du crépuscule et les deux lunes qui le surplombaient. Qui était-il ? C’était la seule question qui l’obsédait, qui était-il ? Il s’allongea sur le dos et contempla un peu plus le ciel, alors que les étoiles commençaient à apparaître. Il devait bien y avoir quelqu’un qui le connaissait dans les environs, alors il se mit péniblement debout, fit un pas, trébucha et tomba lourdement sur le sol. Il sentit quelque chose remonter en lui, et expira un grand coup, une légère fumée brillante sortit de sa bouche, et il s’évanouit.
Lorsqu’il se réveilla, il faisait jour. Il se releva avec un peu plus de facilité et commença à marcher à travers le désert. Des milliers de questions se bousculaient dans sa tête, qui était-il, où était-il, comment était-il arrivé là, pourquoi était-il nu, était-il roux ? Il sentit quelque chose lui effleurer l’épaule, il mit sa main et attrapa ses propres cheveux. Il avait les cheveux longs, mais blonds, pas roux. Mais pourquoi est-ce que ça le surprenait ? Il n’avait en fait aucune idée de ce à quoi il pouvait ressembler. Mais il cessa de se poser toutes ces questions, il fallait en priorité qu’il trouve la civilisation. Il trouvera peut-être quelqu’un qui le connaissait. Il se mit alors à courir, sans s’arrêter, dans l’immensité du désert, en direction du Nord.
Il ne savait pas où il allait, ni où il était. Toutes ces interrogations finirent par l’empêcher de continuer. Il s'arrêta si brusquement de courir qu’il glissa et fit un vol plané avant de s’écraser au sol. Et il pleura. Sans même essayer de se relever et sans enlever le sable qu’il avait ramassé dans sa bouche en tombant. Sa situation semblait désespérée, il était seul, amnésique et dans un immense désert. Il pensa que peut-être quelqu’un était en train de le chercher, sa famille peut-être ? Il ne se souvenait même pas de sa famille, ce qui le fit pleurer encore plus. Mais il ne se doutait pas que ses cris allaient attirer l’attention de certains autochtones qui se mirent à l’épier derrière des rochers. En un instant, une dizaine de créatures l’encerclèrent. C’était des Colopas, une espèce vivant sur la planète Sitalis. Ils avaient très vaguement une forme humanoïde, malgré leurs quatre bras munis de 3 doigts. Ils étaient rouges et vêtus de larges robes beiges. Ils contemplèrent l’étranger, qui n’avait même pas remarqué leur présence, jusqu’à ce qu’il se vautre sur le dos pour pleurer encore plus. En voyant les Colopas, il lâcha un petit cri et s’évanouit.
Il faisait froid. C’était la première pensée de notre protagoniste lorsqu’il se réveilla. Il contempla les environs. Il était dans une chambre en pierre, sur un lit en pierre, probablement dans une maison en pierre. Il fut surpris de voir qu’il n’y avait pas de fenêtre. Il se leva, mais n’eut pas l’occasion d’aller plus loin. Son bras droit était attaché au lit par une sorte de corde qui grattait. Il remarqua également qu’il était vêtu d’une tunique comme celle des Colopas. Il était en train de s’amuser avec les quatre trous des bras de sa tunique quand quelqu’un entra. C’était une Colopas. Elle avait des cheveux, un peu comme les humains, mais de deux couleurs différentes, certains étaient noirs, d’autres étaient blonds. Elle s’avança avec méfiance pour apporter un plateau de nourriture, qu’elle posa sur une petite table. Elle prononça quelques mots dans une langue qu’il ne comprenait absolument pas. Il bégaya quelques mots :
« Bonjour.. Qui êtes-vous ? »
Elle tenta à nouveau de lui parler en faisant quelques gestes, mais il ne comprenait toujours pas. Elle lui montra alors l’assiette et lui fit signe de manger, ce qu’il fit. C’était des vers de plusieurs couleurs différentes, certains étaient bruns tâchés de jaune, d’autres étaient rouges, d’autres bleus et un était vert. C’était répugnant, mais notre héros avait tellement faim qu’il ne fit pas le difficile et avala tous les vers en quelques instants. Il adressa un grand sourire à son hôtesse, qui récupéra son assiette. Avant qu’elle ne franchisse la porte, il l’interpela et lui montra son poignet en espérant qu’elle défasse ses liens, mais elle sortit. Il s’allongea alors et tenta de faire le ménage dans sa tête. Mais peu après, la porte s’ouvrit et deux Colopas entrèrent. L’un était immense et vêtu d’une sorte d’armure faite d’ossements, et l’autre semblait être très vieux et avait du mal à tenir debout. Le grand costaud apporta un tabouret pour que le vieillard puisse s’asseoir, et retourna monter la garde à l’extérieur. Le vieux s’assit sur le tabouret et contempla cette étrange créature. Poussé par la curiosité, notre héros aussi s’assit sur son lit et contempla le vieux Colopas. Sa peau semblait dure, ce n’était pas vraiment de la peau, mais une sorte d’exosquelette rougeâtre. Il comprenait pourquoi ces créatures se méfiaient de lui, il était très différent, et ils n’avaient peut-être jamais vu personne comme lui. Il laissa alors le vieillard l’examiner. Au bout d’un moment, il appela le garde et lui murmura quelque chose. Ils partirent. Mais avant de sortir, le garde sortit un objet tranchant et s’approcha de l’étranger, qui prit alors peur. Le garde coupa ses liens, et cria un mot : « Cyna ! »
Alors, la jeune Colopas qui lui avait apporté à manger entra dans la pièce. Cyna était sûrement son nom. Le garde lui parla pendant un moment, et partit. Notre héros s’avança alors vers la jeune Colopas et, en la pointant du doigt dit « Cyna ? ». Surprise, elle le regarda et fit un grand sourire. Puis, elle le pointa du doigt à son tour, elle voulait lui demander son nom, mais il ne s’en rappelait même pas. Il s’assit alors sèchement sur le lit et baissa les yeux pour lui faire comprendre qu’il ne savait pas. Elle sembla comprendre et s’assit à côté de lui. Mais il était curieux de savoir à quoi ressemblait le village, alors il se leva et pointa la porte. Cyna lui ouvrit, ils étaient effectivement dans une maison en pierre, et sans aucune fenêtre. Cyna ouvrit la grande porte et ils sortirent.
Il ne put retenir un « Wow ! » Ils étaient dans une gigantesque ville souterraine éclairée par d’énormes cristaux lumineux. Des lumières venaient également de centaines de trous dans les parois, certainement d’autres habitations. C’était vraiment magnifique. Ils marchèrent un moment, tous les Colopas qu’ils croisaient le regardaient d’un air à la fois terrifié et fasciné. Ils s’installèrent sur une grosse pierre à côté d’un grand lac souterrain. Là encore le paysage était magnifique, tous les cristaux lumineux au fond du lac le faisaient briller de toutes les couleurs, il y avait des sortes de serpents aquatiques lumineux qui sautaient dans tous les sens et des petits crustacés sur le rivage qui faisaient des nuages de bulles. Notre ami ne put s’empêcher de laisser couler une larme ainsi que l’esquisse d’un sourire.

Seconde partie:
Cette merveilleuse vision lui redonnait espoir, il fallait qu’il retrouve la mémoire, et il y arriverait par tous les moyens, il se releva et vit deux Colopas particulièrement costauds s’approcher de lui d’un air mauvais. Cyna se mit entre lui et les deux costauds, qui lui donnèrent sans hésiter un grand coup pour l’écarter. Ils lui crachèrent quelques mots, certainement pas une invitation à boire un thé, Cyna tenta de les calmer, mais ils la frappèrent à nouveau. Le plus grand continua de hurler après notre héros, et ils se mirent à le frapper si violemment qu’il perdit connaissance. Lorsqu’il se réveilla, il avait la tête en bas. Il regarda aux alentours, Cyna était aussi attachée par les pieds juste à côté de lui. Il tenta de se délier les mains pour récupérer son tournevis sonique, mais.. Mais.. Tournevis sonique ? Il se demanda d’où venait cette pensée. Il avait pris de sales coups à la tête, ses pensées étaient assez confuses. Il commençait à se souvenir très vaguement de sa vie passée. Un mot l’obsédait : Gallifrey. Il ne connaissait pas sa signification, mais ce mot était très important, mais aussi très triste. Il commença à se tortiller au bout de sa chaîne, il se balançait de droite à gauche, de plus en plus fort. Il était suspendu à un crochet, en se balançant, ses liens sortirent du crochet, il se décrocha et tomba au sol. En quelques instants, il dénoua ses liens et tenta de libérer Cyna, mais un de ses agresseurs le surprit, et lui donna un violent coup derrière le crâne.
Et soudain, une avalanche de pensées le submergea, TARDIS, Gallifrey, Seigneur du temps, Docteur ! Il avait eu une si longue vie, et tellement de souvenirs lui revinrent qu’il hurla à pleins poumons. Son agresseur recula. Notre héros se releva et se tourna vers lui.
« Merci », lui dit-il. Il mit alors un grand coup de pied dans un des poteaux en bois de la pièce, qui se brisa, ce qui fit s’effondrer une partie du plafond sur le Colopas. Il se hâta ensuite de délivrer Cyna, toujours inconsciente, et la porta jusqu’à l’extérieur. Il la déposa sur un banc près du lac souterrain et attendit qu’elle se réveille. Quelques instants après, elle ouvrit les yeux.
- Que s’est-il passé ?...
- Vous avez été assommée.
Elle mit quelques secondes à réaliser ce qu’il se passait, et s’écria :
- Mais vous parlez notre langue ?!
- Pas vraiment, répondit-il, c’est la matrice de traduction télépathique de mon vaisseau. Je suis le Docteur, et j’ai enfin retrouvé la mémoire ! Merci à ces espèces de brutes. La matrice de traduction du TARDIS ne fonctionnait pas tant que je ne savais pas qui j’étais et que je ne savais donc pas qu’elle était dans mon esprit. Maintenant je peux vous comprendre !
- Je n’ai rien compris, mais l’essentiel est que vous ayez retrouvé la mémoire, vous allez pouvoir nous expliquer tout ce qu’il se passe, allons chercher le Patriarche.
Ils retournèrent au village, et entrèrent dans une immense maison. L’entrée était ornée de cristaux lumineux de toutes les couleurs, l’intérieur était superbement décoré. La peau d’un gros animal laineux faisait office de tapis, et des plantes de toutes sortes décoraient l’entrée. Le vieux Colopas qui l’avait examiné était assis sur une sorte de canapé en bois. Cyna prit la parole.
- Patriarche, cet étranger a retrouvé la mémoire, et de plus, il comprend notre langue maintenant.
- Bien, très bien, marmonna le Patriarche. Vous comprenez donc tout ce qu’on dit ?
- Un bon coup sur la tête m’a suffi pour comprendre votre langue.
- Ne perdons pas de temps, votre cas est très surprenant, j’aimerais que vous nous expliquez clairement qui vous êtes et d’où vous venez.
Il invita le Docteur à s’asseoir sur une chaise en face de lui, ce qu’il fit. Il prit place et commença à lui raconter son histoire.
- Je suis le Docteur, je viens d’un autre monde.
Le Patriarche l’interrompit :
- Un autre monde ? Qu’entendez-vous par là ? Vous voulez dire au-delà de la mer ?
- Non, bien plus loin que ça. Au-delà du ciel il existe une infinité d’autres mondes, peuplés d’espèces toutes très différentes. Je viens d’une autre planète appelée Gallifrey, qui se situe plus loin que vous ne pouvez l’imaginer. Maintenant, si vous voulez savoir comment je suis arrivé ici, et bien.. Je n’en sais rien. Tout ce dont je me rappelle, c’est que je suis mort. Il y a des milliers d’années certainement. Ce qui explique mon amnésie post-régénération, ça m’était déjà arrivé, mais jamais aussi longtemps. L’énergie régénératrice a dû me propulser dans l’espace, et c’est comme ça que je suis arrivé ici, en tombant du ciel.
Le Patriarche resta un moment sans dire un mot. Le Docteur se rendait compte que tout ce qu’il avait dit était incompréhensible. Il était arrivé sur une planète dont les habitants n’avaient encore pas découvert l’espace. La civilisation des Colopas n’en était qu’à ses débuts. Il tenta d’expliquer sa situation dans des termes plus simples.

- J’ai un vaisseau, appelé le TARDIS. C’est un vaisseau qui permet d’aller n’importe où dans l’espace et dans le temps. Vous imaginez ? Une petite boîte qui, en quelques secondes, peut vous emmener des années dans le futur ou dans le passé, au travers l’immensité de l’univers. Ce vaisseau a été détruit, mais si j’arrive à vous parler, c’est qu’il est encore en vie, et c’est à travers lui que je peux vous comprendre.
- Bien. Le Patriarche fit une pause et fixa le Docteur un petit moment. Je vous crois. Soyez donc le bienvenue chez nous, les Colopas. Nous sommes la tribu « Mazeg’al », et vous pourrez rester ici tant que vous le voudrez.
- Je vous remercie de votre hospitalité, mais je ne compte pas rester. J’ai cependant besoin de fabriquer un module d’appel sonique pour faire revenir mon vaisseau ici. Une fois que j’aurais retrouvé mon vaisseau, je partirai.
- Et de quoi avez-vous besoin ?
- D’un tas de choses.. Il va me falloir deux kilos de fer, 25 grammes d’or, 150 grammes de cuivre, aussi un peu de nickel et quelques autres trucs. Nous sommes sous terre et pas loin de la mer, ça ne devrait pas poser de problèmes, mais je ne connais rien de votre planète. Avez-vous une mine ?
- Oui, il y a une mine tout au fond du village, je ne connais pas les minéraux que vous avez cité, mais on peut y trouver un grand nombre de minerais différents, vous pouvez y aller. Dites aux gardes que vous avez mon autorisation.
Il salua le Patriarche et il sortit, Cyna lui emboîta le pas.
- Vous allez me suivre ?
- Partout où vous irez, j’irai.
- Comme vous voudrez. D’habitude mes compagnes sont humaines, mais vous êtes jolie et sympathique alors ça me va.
Ils se dirigèrent vers la mine. Comme le Patriarche lui avait dit, il y avait des gardes. Le Docteur leur demanda de passer, mais à la vue de l’alien, ils s’enfuirent. Il haussa les épaules, et ils entrèrent. Ils prirent chacun un cristal lumineux à l’entrée et s’enfoncèrent dans la mine.
- Vous savez, dit Cyna, il y a des rumeurs au sujet de cette mine.
- J’aime pas les rumeurs, répondit le Docteur, chaque fois qu’on me parle de rumeur, elle s’avère fondée. Quelles sont ces rumeurs ?
- On dit qu’un monstre rôde dans la mine. Plusieurs mineurs ont déjà été retrouvés mort, à moitié déchiquetés.
- Et bien, si on a retrouvé les corps, c’est plus une rumeur, c’est un fait ! Me voilà mal barré, en robe dans une mine, pas de TARDIS ni de tournevis sonique, avec pour seule arme un cristal lumineux qui éclatera en mille morceaux si je le cogne contre quoi que ce soit.. Bon j’ai connu pire, mais c’est quand-même une situation peu confortable.
Il commença à examiner les parois, il vit quelques gisements minéraux, mais n’en reconnut aucun. Ils continuèrent comme ça un moment, mais ne trouvèrent rien. Il ne comprenait rien, il était pourtant à la bonne profondeur pour trouver tout ce dont il avait besoin, mais rien de ce qu’il trouvait ne l’intéressait.
- C’est quand-même dingue ça ! On dirait que.. Que… Oh non.. Cyna, il me faut un morceau de chaque minerai trouvable dans cette mine, allez chercher les mineurs, dites-leur que c’est très important !
Elle courut vers la sortie. Pendant ce temps, le Docteur se frappa la tête contre la paroi rocheuse.
- C’est pas vrai.. Tout mais pas ça, pitié…
Cyna revint un moment plus tard, accompagnée de trois mineurs. Ils regardèrent le Docteur avec de grands yeux, Cyna leur avait tout expliqué mais ils n’en revenaient pas.
- Ecoutez-moi, il me faut un morceau de chaque type de métaux et cristaux trouvables ici. Je vous en prie, j’en ai besoin pour confirmer ma théorie.
Ils se mirent au travail. Chacun apporta un seau rempli de divers minéraux trouvables dans la mine. Le Docteur les éparpilla sur une grande table et se mit à les examiner. Ces minéraux n’avaient rien de semblable avec tout ce qu’il connaissait. Au bout d’une heure à examiner chaque pépite, le Docteur frappa son poing sur la table et, vert de rage, la renversa avec un coup de pied. Il s’assit contre le mur pour réfléchir. Lorsque Cyna entra pour lui demander comment avançaient ses recherches, elle vit la table renversée, et le Docteur assis par terre, la tête dans les mains.
- C’est impossible.. Marmonna-t-il. Tout simplement impossible.. Ça ne peut pas… J’ai été trop loin.. Je ne pourrais jamais revenir..
- Que se passe-t-il ?
- Je suis mort il y a bien longtemps. J’ai mis tellement longtemps à me régénérer.. Que je suis allé au-delà de la fin de l’univers.. Vous êtes dans un futur si éloigné qu’aucun Seigneur du Temps n’a jamais réussi à l’atteindre..
Il fit une pause.
- Je suis dans l’univers suivant !..

Troisième partie:
Il regarda Cyna, il avait les larmes aux yeux.
- Pas étonnant qu’aucun de ces matériaux ne me soit familier, les lois de la physique sont différentes, la matière, l’espace, le temps.. Rien n’est comme avant, et je ne pourrais jamais retourner d’où je viens… Mais… Mais rien ne m’empêche d’essayer.
Il se releva, redressa la table, et ramassa tous les morceaux de métaux et cristaux qui étaient tombés par terre. Il devait bien y avoir une solution. S’il ne pouvait pas trouver les matériaux dont il avait besoin, peut-être pourrait-il trouver leur équivalent ? Il se mit alors à inspecter scrupuleusement chaque minerai, dans le moindre détail. Il passa 14 jours enfermé dans son laboratoire de fortune, il était hors de question de renoncer. Les Colopas lui fabriquèrent une forge ainsi qu’une gigantesque loupe. Il devait réussir, il avait déjà trouvé de bons équivalents, mais après avoir inspecté tous les matériaux, il lui manquait un élément essentiel pour fabriquer le module. Il décida de retourner inspecter la mine.
Cyna l’attendait à l’entrée de la mine, ils entrèrent et se dirigèrent vers un des tunnels condamnés. Ce tunnel avait été fermé récemment après l’attaque d’un mineur par le fameux « monstre de la mine », le Docteur donna un coup de pied dans la barricade en bois, qui s’effondra. Le bruit résonna dans toute la mine.
- Bien. Si il y a vraiment un monstre, il nous a certainement entend…
Alors, avant même qu’il n’eut fini sa phrase, un rugissement terrifiant retentit du fond du tunnel. Le Docteur et Cyna firent quelques pas en arrière.
- Il faut... Il ne fallait pas... On va... Partir, maintenant... C’est plus prudent.
Ils coururent vers la sortie, les rugissements se faisaient de plus en plus proches. Dans sa course, le Docteur laissa tomber son cristal lumineux, qui se brisa et cessa d’émettre de la lumière. Ils étaient complètement dans l’obscurité. Ils avancèrent à tâtons et virent une lumière tremblante s’approcher d’eux. C’était un Colopas mineur, il les prit tous les deux par la main et les emmena vers la sortie. En sortant, ils bloquèrent l’issue avec une planche de bois. A bout de souffle, le Docteur se laissa tomber sur les fesses.
- Qu’est-ce que ça m’a manqué de courir comme ça !
Il éclata de rire.
- Vous êtes complètement fou, lui dit le Colopas qui les avait secourus. On ne s’aventure pas dans les mines fermées si on tient à la vie.
- Qu’est-ce qui nous a poursuivi ? Demanda le Docteur.
- Un Daruk, un esprit de la montagne qui veille sur les minéraux. Il dévore ceux qui tentent de voler les trésors de la roche.
- Par trésors de la roche, vous voulez dire les métaux ?
- Pas tous, juste les métaux interdits.
- Vous vous appelez comment ?
- Loreth.
- Bonjour Loreth, et merci de l’info.
Il se releva et contempla les environs. Il courut vers le pied d’une immense plante grimpante qui montait jusqu’à la voûte de l’immense caverne dans laquelle était creusé le village.
- Je vois que vous avez de quoi fabriquer quelques armes. Juste quelques branches seront nécessaires.
- Des quoi ? L’interrompit Cyna.
- Des armes. Vous savez ? Le truc pour tuer des animaux. Ou des gens.
- Tuer ? Que voulez-vous dire ?
- Ecoutez, la créature dans ces grottes a tué un grand nombre de vos semblables. Que ce soit un esprit divin ou que sais-je, vous ne pouvez pas la laisser continuer.
- Mais que pouvons-nous faire pour l’en empêcher ?
- La tuer.
- Comment ?
- Avec des armes.
- Des quoi ?
Alors, le Docteur réalisa. Il réalisa que ces créatures ne connaissaient pas le concept de tuer, les armes leur étaient inconnues. Et il était sur le point de leur apprendre à tuer. Il allait changer cette civilisation à jamais. Il resta quelques secondes à regarder dans le vide, puis, il demanda à Loreth de lui apporter une branche de la grande plante. Sans plus dire un mot, il commença à la tailler pour en faire un arc. Avec une liane, il fit une corde, et avec quelques morceaux de bois, il tailla quelques flèches.
- Il est temps de vous apprendre à devenir des meurtriers… Après tout, c’est ce que j’ai toujours fait… Apprendre à des innocents à tuer pour moi…
Il fit signe à Cyna et Loreth de le suivre dans un espace vide un peu reculé du village. Il avait gravé une cible dans une planche de bois plantée dans le sol. Il prit l’arc et une flèche et tira sur la cible. Il l’atteint en plein centre. Il tendit l’arc à Cyna et lui donna une flèche. Elle tendit maladroitement la corde et laissa échapper la flèche.
Quelques jours plus tard, l’entraînement était concluant, Cyna et Loreth arrivaient à se servir de l’arc correctement. Le Docteur leur en avait fabriqué un à chacun.
- Je suppose que nous sommes prêts. Ecoutez, nous allons tuer cette créature, mais après, je veux que vous oubliiez cette arme, n’en parlez jamais à personne et n’essayez surtout pas d’en fabriquer à nouveau. C’est compris ?
Ils acquiescèrent. Ils se dirigèrent alors vers la mine. Ils prirent chacun un cristal et s’enfoncèrent dans le tunnel.

Quatrième Partie:
Ils entrèrent alors dans la mine. Cyna et Loreth avaient chacun un arc et le Docteur s’était fabriqué une lance, ils avaient chacun un cristal lumineux accroché autour du cou. Ils avancèrent prudemment jusqu’à arriver à l’intersection condamnée. Les barrières en bois avaient été réduites en miettes par la créature. Le docteur inspira un grand coup et leur fit signe d’avancer.
- Je ne suis toujours pas certain que ce soit une bonne idée de tuer un esprit de la montagne, dit Loreth tout bas. Le dieu du sol risque de se mettre en colère.
- Oh crois-moi cette créature n’a rien de sacré, répondit le Docteur, c’est seulement un prédateur qui vit sous terre, rien de plus. Pour lui vous n’êtes qu’un plat de choix, il n’est pas là pour défendre quoi que ce soit.
Soudain, un cri bestial se fit entendre du fond du tunnel, le Docteur cramponna sa lance, Cyna et Loreth prirent chacun une flèche. Alors, le sol se mit à trembler, le cri retentit encore avant de s’évanouir comme si la créature s’éloignait. Soulagés, ils rangèrent leurs armes, quand soudain, la paroi gauche du tunnel explosa juste devant eux, et un immense ver blanc aussi large que le tunnel en sortit, sans s’arrêter il continua son chemin en creusant la paroi de droite et disparut en laissant un nouveau tunnel derrière lui.
- Je vous présente votre esprit de la montagne. Il nous a mal visés, je vous parie qu’il va revenir très bientôt. Faites le moins de bruit possible, il doit savoir où nous sommes grâce aux vibrations. On ne pourra jamais tuer un truc comme ça avec des bâtons et des flèches, tirons-nous.
Sans un bruit, ils se hâtèrent de sortir du tunnel. De retour à son atelier de fortune, le Docteur commença à inspecter les divers matériaux venant de la mine. Il fit immédiatement forger des lames à partir d’un métal rougeâtre et confectionna trois grandes épées. Lorsqu’il les donna à Cyna et Loreth, il les implora une nouvelle fois de ne plus jamais s’en servir après ça et de les oublier. Et ils retournèrent dans la mine. Ils arrivèrent jusqu’à l’endroit où ils avaient croisé la créature pour la première fois. Ils avancèrent un peu plus et entendirent à nouveau le cri de la créature. Le docteur courut plus loin et cria un coup en sautant par terre, et revint sans faire de bruit vers Cyna et Loreth. Le monstre sortit violemment du sol là où le Docteur avait crié et creusa vers le haut. Ils se jetèrent alors sur lui avec les épées mais ne parvinrent qu’à l’égratigner.
- Tout ce qu’on a réussi à faire c’est l’énerver, il nous faut quelque chose de plus puissant, partons vite avant qu’il ne revienne.
Le Docteur était désespéré. Il n’y avait pas vraiment d’autre solution, il devait faire appel au reste du village, ce qui impliquait d’apprendre à tout le village à fabriquer des armes et à tuer. Tout ça pour pouvoir finir le module sonique, récupérer son TARDIS et s’en aller. Il se dit alors que vivre ici parmi les Colopas n’était pas si mal, finalement. Peut-être vaudrait-il mieux qu’il en reste là et qu’il renonce à partir. Après tout, cela faisait déjà quelques mois qu’il était parmi eux, et ils avaient fini par l’accepter. Il s’assit dans son atelier et réfléchit un moment. Mais il finit par se dire que de toute façon, ils apprendront tôt ou tard à tuer et qu’il devait quand-même essayer. Il prit alors une tablette en bois et commença à graver les plans d’une nouvelle arme. Peu après, il fit rassembler une partie des villageois et leur exposa son plan.
- Cette créature qui vit dans les mines et qui mange vos camarades doit mourir. Pour cela, j’ai réfléchi à un moyen de la tuer, et j’aurais besoin d’aide pour construire cette arme.
Un Colopas se leva et prit la parole
- Pardon, mais qu’est-ce que tuer ? Et une arme ?
- Et bien, tuer, c’est faire mourir une créature… Un peu comme ces petits vers que vous mangez tous les jours, quand vous les mangez, ils meurent donc vous les tuez. Une arme, c’est l’outil qui sert à tuer. C’est plus clair ? Bien, il faudra plusieurs volontaires pour m’aider à construire cette arme, et d’autres courageux gaillards pour la transporter jusqu’à la grotte où se terre ce monstre. Je ne garantis pas que ça marche, et je ne garantis pas non-plus que tout le monde en revienne vivant. Des volontaires ?
Quelques bras s’élevèrent alors parmi la foule. Le Docteur constitua alors une petite équipe pour construire l’arme. Ils mirent un jour pour la réaliser. C’était une très puissante baliste qui pouvait tirer d’énormes flèches en métal de plusieurs kilos à une vitesse fulgurante. Le Docteur réunit alors un groupe de six Colopas pour l’aider à transporter la baliste jusqu’à la grotte de la bête.


Oui, j'ai prévu de faire quelque chose d'assez long (un peu CMB). Je sais pas trop quand je publierai la suite, je vais essayer de faire ça vite et bien.
Lâchez vos commz!
Modifié en dernier par Saka Tchotchovitch le 17 Jan 2014, 19:19, modifié 8 fois.
Le 13e Docteur sera un poney.

Avatar de l’utilisateur
Saka Tchotchovitch
Sonic Screwdriver : Niveau I
Messages : 94
Enregistré le : 15 Aoû 2013, 21:00
Localisation : Grenoble

Re: [En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 1)

Messagepar Saka Tchotchovitch » 15 Sep 2013, 19:58

Ajout de la seconde partie.
Le 13e Docteur sera un poney.

Avatar de l’utilisateur
The13rdDr
Sonic Screwdriver : Niveau III
Messages : 586
Enregistré le : 19 Juil 2013, 00:19
Localisation : Sud de Paris

Re: [En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 2)

Messagepar The13rdDr » 26 Sep 2013, 09:10

Pas mal comme début, vraiment!
Image
Do you know what we were saying, about the world revolving? It's like when you're a kid, the first time they tell you that the world is turning, and you just can't quite believe it, because it looks like that it's just standing still... I can feel it!... The turn of the Earth!... The ground beneath our feet is speeding at a 1000 miles per hour. The entire planet is circling around the Sun at 67000 miles per hour... And I can feel it, we're falling through space, you and me, clinged unto the skin of this tiny little world, and if we let go... That's who I am, now, forget me, Rose Tyler!

Avatar de l’utilisateur
Saka Tchotchovitch
Sonic Screwdriver : Niveau I
Messages : 94
Enregistré le : 15 Aoû 2013, 21:00
Localisation : Grenoble

Re: [En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 2)

Messagepar Saka Tchotchovitch » 01 Oct 2013, 17:19

Merci à toi, j'ai ajouté la 3e partie.
J'espère que ça partira pas trop en sucette, je vais essayer de faire de mon mieux.
Le 13e Docteur sera un poney.

Avatar de l’utilisateur
JessicaSkyl
Sonic Screwdriver : Niveau I
Messages : 34
Enregistré le : 04 Déc 2013, 15:26

Re: [En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 3)

Messagepar JessicaSkyl » 02 Jan 2014, 00:32

C'est très bien parti, l'idée de l'univers suivant est très intéressante à exploiter. Et je trouve que tu t'en sert très bien. Il y aussi beaucoup de suspens ( J'adore ), et des personnages avec une personalité bien définie. Je n'ai repéré aucune faute grave. Si tu nous donnais la couleur des yeux du docteur ça serait parfait. :)

Avatar de l’utilisateur
Saka Tchotchovitch
Sonic Screwdriver : Niveau I
Messages : 94
Enregistré le : 15 Aoû 2013, 21:00
Localisation : Grenoble

Re: [En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 3)

Messagepar Saka Tchotchovitch » 12 Jan 2014, 15:47

Les yeux bleus je dirais.
Punaise j'ai complètement zappé il faut vraiment que je continue cette fanfic. La suite bientôt.

Et il faut aussi que je la mette à jour, avec les récentes informations des derniers épisodes.
Le 13e Docteur sera un poney.

Avatar de l’utilisateur
Saka Tchotchovitch
Sonic Screwdriver : Niveau I
Messages : 94
Enregistré le : 15 Aoû 2013, 21:00
Localisation : Grenoble

Re: [En cours] L'avènement du 13e (Chapitre 3)

Messagepar Saka Tchotchovitch » 17 Jan 2014, 19:19

Ajout de la 4e partie. Pas très longue, mais la suite arrive bientôt.
Le 13e Docteur sera un poney.


Retourner vers « Fan Fictions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité